POÈMES :

M'écouter dire le poème
Imprimer le poème au format pdf

 

 

 

FRANCINE

 

A tous ses enfants

et petits enfants

et à tous ceux

qui l'aiment à jamais

 

Tu es partie un soir

Sans même dire au revoir

Tu es montée aux cieux

Sans nous faire tes adieux

 

Sans un seul coup de frein

Un chauffard assassin

Alcoolique de surcroît

Nous plongea dans l'effroi

 

Notre vie s'est affadie

Enfant famille amis

Nous sommes tous orphelins

A plein de peine enclins

 

Tu es partie trop tôt

Sans nous laisser un mot

Sans souffrir ni penser

Comme tu le souhaitais

 

Mais nous qui sommes sans toi

Nous trouvons peu courtois

Ta mort à cent à l'heure

Sans signe avant coureur

 

Tu aimais la vitesse

Conduire avec hardiesse

Mais ton cercueil d'acier

Laisse nos curs pétrifiés

 

Tes sourires et tes rires

Qui aujourd'hui m'inspirent

Depuis vingt ans déjà

N'accompagnent plus nos pas

 

Oh notre bonne cuisinière

Toujours tendre et sincère

Notre repère militante

De nos peines confidentes

 

Nous garderons de toi

Nos souvenirs de joie

Et ta beauté absente

A jamais émouvante

 

Mais je sens que souvent

Comme tes caresses d'antan

Tu nous souffles des mots

Pour soulager nos maux

 

Et qu'à notre dernier jour

Comme preuve de ton amour

Tu nous accueilleras

En rouvrant grand tes bras

 

22/06/05

 

 

 

Retour au recueil JE VOUS ENVOIE DES VERS
Retour en haut de la page